Les pilotes du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard

Contact

Capitaine Stephen Johnson

Il y a actuellement 10 pilotes brevetés à temps plein et 1 apprenti pilote pour le port de Saint Jean, au Nouveau-Brunswick. Comme pour toutes les circonscriptions de pilotage du Canada atlantique, les effectifs sont établis par le gouvernement fédéral en consultation avec les pilotes et l'industrie et reflète les niveaux de trafic réels et prévus.

Les pilotes de Saint Jean doivent satisfaire ou dépasser l'exigence minimale de capitaine voyage local. Ce sont des officiers hautement qualifiés comptant de nombreuses années d'expérience en mer et une formation nautique approfondie. La plupart des pilotes des petits ports détiennent un certificat de capitaine, voyage local ou plus, ce qui dépasse l'exigence minimale d'un certificat de capitaine, 500 tonnes. Les éléments essentiels pour une carrière couronnée de succès: maintenir une connaissance locale experte des eaux et suivre une formation professionnelle continue hautement spécialisée en matière de techniques de pilotage et de technologie.

Les pilotes montent habituellement à bord des navires à l’aide d’une échelle de pilote en cordage, à moins qu’elle ne soit jumelée à une échelle de coupée, et grimpent souvent jusqu’à 9 mètres de hauteur le long du flanc du navire. Faire monter des pilotes à bord ou les faire descendre est toujours une opération risquée, et encore plus lors d’une navigation de nuit et dans des conditions défavorables de météo. Une fois les pilotes à bord, ils se rendent sur la passerelle où ils prennent la conduite du navire jusqu’à ce qu’il ait complété son transit au sein de la circonscription de pilotage ou ait accosté de façon sécuritaire.

Les pilotes de Saint Jean soutiennent le développement économique et la sécurité de la navigation grâce à l’expertise technique inégalée qu’ils apportent à des projets gouvernementaux et/ou d'entités privées (e.g., Étude Termpol pour Canaport GNL), des modifications à l'infrastructure portuaire existante (e.g., dragage des quais et des chenaux) et d'autres projets (e.g., PPO Met/Projet de démonstration du port pour la baie de Fundy).

Il y a trois ports/zones de pilotage obligatoire au Nouveau-Brunswick: Saint Jean, Restigouche et Miramichi. Saint Jean est un port obligatoire majeur pour le pilotage, tandis que Restigouche et Miramichi sont des ports obligatoires dits mineurs pour le pilotage.

Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard

La désignation en tant que zone de pilotage obligatoire dépend des degrés locaux de risques à la sécurité de la navigation et prend en compte un certain nombre de facteurs comme :

  • Le niveau de difficultés et de risques aux approches et à l’intérieur du port lui-même.
  • Le nombre de mouvements de navires et leur manœuvrabilité, ainsi que leur taille.
  • La conception des quais, ainsi que l’espace réel disponible pour les manœuvres.
  • La nature de la cargaison transportée, c.-à-d. pétrole, gaz, explosifs, matériel dangereux; et
  • Les préoccupations environnementales et la préservation de l’écosystème.
Zones de pilotage obligatoire

Saint Jean

Saint Jean, sur la baie de Fundy, est le plus grand centre commercial du Nouveau-Brunswick. Son activité portuaire est regroupée en deux zones: autour du havre intérieur au centre du front de mer de la ville, et à Mispec Point qui est à 9km au SE de la ville sur la rive nord de la baie de Fundy. Ces deux sites connaissent certaines des plus hautes marées du monde. La variation maximale de la marée pour le port de Saint John est de 9,15 m. On attribue à cette forte action des marées la prévention de la formation de glace importante et Saint Jean demeure libre de glace toute l'année. Saint Jean est le seul port du Canada atlantique desservi par plus d'un transporteur ferroviaire.

Dans l'arrière-port se trouvent les installations de l'Administration portuaire de Saint Jean, qui comprennent le terminal DP World Cargo, les jetées 10-12, le terminal Long Wharf, les terminaux de croisière Marco Polo et Diamond Jubilee, le terminal Lower Cove, le terminal de potasse de Barrack Point, l'installation AIM Recycling Atlantic, le parc de réservoirs de mélasse de Crosby et le quai de l'ancienne raffinerie de sucre. En 2016, l'installation de barge de Spruce Lake a été ouverte pour le transport de pièces manufacturées surdimensionnées fabriquées localement vers le marché par voie navigable. Le terminal Bay Ferries est situé sur les quais ouest.

Certains peuvent être surpris d’apprendre que Saint Jean est le plus grand port de produits de l’énergie du Canada. Sa proximité avec les routes de navigation internationales et nationales, combinée à des eaux profondes et à d'excellentes liaisons ferroviaires en font un outil idéal pour la manutention de pétrole brut d'importation et d'exportation et de produits raffinés. Canaport GNL, la raffinerie Irving Oil et le parc de réservoirs sont situés à Mispec Point, tandis que les terminaux Irving Oil East Saint John sont situés dans le centre-ville.

Pour les navires arrivant ou quittant le port de Saint Jean, un système de séparation du trafic est en vigueur. Un système SCTM est en service pour les approches vers et dans le port. Il y a trois zones de mouillage dans les limites du port. Le pilotage est obligatoire pour se rendre dans la zone de mouillage A, tandis que les zones de mouillage B et D sont en dehors de la zone de pilotage obligatoire.

Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard

Les défis de navigation

Saint Jean se trouve à l'embouchure de l'imposant fleuve Saint-Jean. Le chenal principal est dragué à une profondeur de 8,4m, mais les profondeurs sont sujettes à changement en raison de l'ensablement. En termes généraux, pour les navires entrant ou sortant du port intérieur, les pilotes utilisent l'importante amplitude des marées pour amener des navires à tirant d'eau plus élevé. Bien que les fenêtres de marée réelles varient, elles commencent généralement deux heures et demie avant la crue et durent jusqu'à deux heures après la crue. Pendant ce temps, le niveau d'eau est plus élevé et le courant est moindre.

La rivière Kennebecasis et la rivière Saint-Jean alimentent toutes deux l’intérieur du port. La crue de ces rivières, résultant de fortes pluies ou de la fonte des neiges, crée une ruée d'eau douce dans le port qui peut augmenter considérablement la vitesse des courants à l'intérieur du port. Par exemple, lors de la grave inondation de la rivière Saint-Jean au printemps 2019, les pilotes ont connu une crue de 3m au-dessus des hautes eaux. Le pilotage en crue exige une compétence spécialisée pour manœuvrer les navires en toute sécurité dans un environnement aussi dynamique.

La monobouée Irving Oil est amarrée à environ 0,6 mille au sud de Mispec Point. Il a un long tuyau de décharge flottant, dont la direction relative à la bouée dépend du vent et du courant de marée. Deux pipelines sous-marins sont posés entre la bouée et le parc de réservoirs Irving Oil à Mispec Point. Les pilotes sont responsables de la sécurité de la navigation et de l'amarrage des pétroliers à la monobouée Irving Oil et aux postes d'amarrage des pétroliers dans la baie de Courtenay. Les pilotes dirigent l'assistance des remorqueurs lors des opérations d'escorte et d'amarrage. Canaport GNL a été le premier terminal de GNL opérationnel au Canada. Les pilotes de Saint Jean reçoivent d’ailleurs une formation spécialisée pour piloter des méthaniers.

Le 5 décembre 2003, l’Organisation maritime internationale (OMI) a adopté des lignes directrices sur les lieux de refuge destinés aux navires en détresse (résolution A.949(23)). Saint Jean est désigné comme port de refuge ce qui signifie que les pilotes peuvent être tenus de monter à bord et d'avoir à bord des navires endommagés ou des navires ayant des problèmes mécaniques ou autres.

Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard

Trafic

L'Administration portuaire et divers paliers de gouvernement ont investi beaucoup de temps et de ressources pour faire de Saint Jean un important port d'escale pour les navires de croisière. Les clients comprennent toutes les principales compagnies de croisière et représentent une large gamme de tailles de navires. Il est courant que plusieurs grands navires de croisière soient au port le même jour au cours d'une saison qui va de la fin avril à la fin octobre. Les principaux postes de croisière se trouvent directement en face du port depuis le terminal côté ouest.

Les pétroliers sont une composante importante du trafic de Saint Jean. Ceux-ci vont des petits pétroliers côtiers aux VLCC et ULCC (Very Large Crude Carriers and Ultra Large Crude Carriers) de 180 000 à 320 000 DWT. Un VLCC peut avoir entre 1,7 et 2,5 millions de barils de pétrole à bord. En raison de leur taille, les VLCC ne font pas escale sur la côte ouest du Canada, le fleuve Saint-Laurent ou les Grands Lacs. Le terminal méthanier de Canaport est un terminal en eau profonde capable de recevoir des transporteurs de brut Suezmax de 274m de long x 48m de large avec un tirant d'eau de 16,8m. Il reçoit également une variété de transporteurs de GNL de taille allant des transporteurs de gaz Q-max de 338 m de long x 53m de large avec un tirant d'eau profond de 12,2m aux transporteurs de gaz Q-flex de 315m de long x 5m de souffle x 11m de tirant d'eau.

Le reste du trafic dans le port comprend des vraquiers secs et liquides, des transporteurs de marchandises diverses, des porte-conteneurs, des opérations de remorqueurs et barges et des bateaux de pêche. Les principaux produits comprennent la potasse, le sel de voirie, les produits forestiers et la ferraille. Depuis le 27 mai 2021, Hapag Lloyd exploite un nouveau service hebdomadaire de conteneurs entre la Méditerranée et Saint Jean. Le premier navire à faire escale sur ce service a été le M.V. Liverpool Express (4 121 EVP). Bay Ferries exploite un service de véhicules/passagers toute l'année entre Saint Jean et Digby, NS.

Une reconfiguration majeure du terminal côté ouest de Port est actuellement en cours et l'achèvement est prévu d'ici 2023. Un nouveau poste d'amarrage à tirant d'eau profond sera créé en fermant certains quais. Il aura une longueur de 345m et un tirant d'eau de 17,1m au zéro des cartes. Le poste d'amarrage existant sur la digue restera à sa longueur actuelle de 435m avec 12,2m au zéro des cartes. Le chenal principal sera dragué plus profondément et plus large pour accueillir les nouvelles classes plus grandes de porte-conteneurs. Le chenal passera de 150m à 190m de large, et son tirant d'eau augmentera de 8,4m au zéro des cartes + hauteur de marée (marée haute moyenne 7,7m) à 9,5m au zéro des cartes + hauteur de marée. Le triage intermodal fera plus que doubler de taille tandis que la capacité de débit du terminal doublera pour atteindre 300 000 EVP.

Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard

Les champs de compétences particulières des pilotes

Les compétences requises par les pilotes d’aujourd’hui ne cessent de croître. Les progrès de la technologie n'ont pas diminué leur rôle. La présence d'un pilote à bord, un spécialiste de la communauté locale, protège la sécurité publique et environnementale et favorise l'efficacité du port. Les pilotes de Saint Jean adoptent les plus récentes technologies afin d’améliorer la sécurité. Ils transportent à bord des unités de pilotage portables (PPU) avec les informations et les cartes les plus à jour.

Conduire la navigation et l'accostage en toute sécurité de navires massifs exige une grande précision et une grande habileté avec une vigilance constante des conditions météorologiques et de l'état de la mer et de leur incidence sur la dynamique des navires, le vent, les courants, les marées et autres trafics sur la voie navigable. Les pilotes de Saint Jean sont des experts dans la direction des remorqueurs (pour les opérations d'escorte, d'accostage et d'amarrage), la navigation de nuit, la navigation par visibilité réduite, la navigation en crue et la navigation dans les voies navigables avec des variations de marée extrêmes.

Les pilotes de Saint Jean sont heureux de travailler en collaboration avec Transports Canada, Environnement et Changement climatique Canada et d'autres intervenants sur le projet de démonstration du plan de protection des océans et du port. Ce projet comprend le déploiement d'une nouvelle bouée intelligente de 3m à environ 35 NM au SO de la station d'embarquement des pilotes et la coordination de ses données avec les données mét/océan générées à partir d'une bouée intelligente SmartATLANTIC préexistante de 3m qui est située à l'intérieur des limites du port près de a zone de mouillage B1. À l'aide de ces ensembles de données, il est possible de prévoir avec précision les fenêtres d'exploitation sécuritaires pour les passages et les mouvements des navires. Une application importante à l'essai est la capacité de ces bouées à prédire les trains de vagues pour Canaport GNL et la monobouée Irving Oil où les opérations de fret sont sensibles à la vitesse et à la direction du vent ainsi qu'à la période et à la hauteur des vagues.